Le prolongement de moi

Rencontres

Marie France : « Ce film reflète aussi la réalité. »

Rencontre. Marie France est Gema, mère charmeuse et vénéneuse d’Helena. La chanteuse et comédienne habite un personnage ambivalent, qui peut expliquer certains sentiments d’Helena. La muse de Pierre et Gilles s’exprime pour la toute première fois, et non sans humour, sur ce rôle fort. Nous la retrouverons dans une scène (déjà mythique pour ses fans) au téléphone avec Olivier Nicklaus (Ludovic). Marguerite Duras disait à son propos « C’est impossible de ne pas être troublé par elle. Tout le monde. Les femmes comme les hommes ». Et nous confirmons ! Marie France, artiste d’exception, lève le voile le temps de quelques questions…

C’est la première fois que vous interprétez une mère à l’écran ?
A l’écran c’est la première fois, j’ai tenu le rôle d’une mère au théâtre dans « La Barre » de Geneviève Hervé mise en scène par Marc’O. Les rapports mère-fille étaient encore pires ! La grand-mère était cantatrice, une diva, la mère (moi) était actrice célèbre, et la fille était mannequin, musicienne et déséquilibrée.

Comment avez-vous abordé ce personnage ?
J’ai abordé le rôle de Gema sereinement, convaincue que je pouvais être cette femme, aussi j’étais à l’écoute des suggestions et directions de Steve Catieau.

Qui est selon vous cette Gema ?
Gema est une femme qui dans sa jeunesse est beaucoup sortie, assez mondaine, joyeuse, élégante et coquette, elle pourrait paraitre superficielle mais c’est une main de fer dans un gant de velours. Elle continue de sortir, shopping, dîners d’amis, elle aime les gays, elle est très gauche caviar.

Peut-on expliquer le désamour qu’éprouve Helena pour son fils quand on voit la relation qu’elle entretient avec sa mère ?
Personnellement je ne peux pas expliquer le désamour qu’Helena éprouve pour son fils, je ne comprends pas comment peut-on ne pas aimer son enfant, surtout si jeune… Helena est malheureusement comme pas mal de filles aujourd’hui qui perdent les vrais et simples repères de la vie, c’est sûrement la faute au progrès… Quant à la relation avec sa mère, c’est pareil, tout faussé par le progrès…

Comment avez-vous travaillé son apparence physique ?
Sensuelle et sobre, chignon banane, perles…

Il y a en vous un vrai potentiel à la comédie. Aimez-vous faire rire ?
J’aime la comédie, j’adore faire rire, tout autant qu’émouvoir.

Qu’avez-vous ressenti lors de l’avant-première du film le 7 novembre dernier ?
J’ai été très touchée. J’ai éprouvé un drôle sentiment en sortant du film, un peu attristée de m’apercevoir que ce film reflète aussi la réalité. Pourquoi tant se creuser la cervelle quand il y a du bon soleil dehors… (chanson de Damia).

Commentaires