Le prolongement de moi

Chroniques

Pourquoi ?

Dans la rue, nos regards se sont croisés. Oh, un quart de seconde. Mais ça a suffi, je l’ai reconnue. Nous nous sommes reconnues. Ca faisait quoi, dix ans, douze ans, que je n’avais pas vu Delphine. Depuis les années lycée en fait. C’était bien elle, sa bouille ronde, ses cheveux flous, son sourire avenant. Une de ses mains agrippée à une poussette où somnolait une petite fille emmitouflée. Exclamations, questions croisées : « C’est fou ça, qu’est-ce que tu deviens ? ». Au milieu des passants affairés qui circulent autour de nous, les souvenirs défilent, les reconstitutions s’échafaudent, quelques noms d’anciennes copines resurgissent. « Non, non, je n’ai pas de nouvelles ». Du bout des lèvres, hochant le menton en direction de son précieux chargement, je me risque à poser la question qu’elle attend : « Comment s’appelle-t-elle ? Elle a quel âge ? » Au secours, j’ai déclenché une avalanche. Toute une flopée de commentaires que je n’avais pas sollicités et dont je me contrefiche. « Ma belle-mère a pris Théo pour le week-end, c’est chouette, j’en profite pour faire des courses que je remettais toujours à plus tard. Tu ne peux pas imaginer le boulot que ça demande, ces deux petites têtes blondes. Il faut toujours anticiper, organiser. On n’a pas une seconde à soi, je cours tout le temps. » Les minutes passent, Delphine se rend compte qu’elle en fait beaucoup et tente de se rattraper avec un timide « Et toi ? », que j’élude en regardant ma montre. « Oh là, il faut que j’y aille… ». Depuis notre rencontre, une question me turlupine. Ses mômes, Delphine, est-ce qu’elle sait pourquoi elle les a faits ? Est-ce qu’elle s’est même posé la question de savoir si elle les voulait ? Ou est-ce qu’elle a fait ça comme ça, parce que ça se fait ?

A suivre…

Hermine Dorléac

Commentaires