Le prolongement de moi

Chroniques

Maman/fille : suite sans fin

Je t’aime, moi non plus. Tu es mon miroir… déformant. Construire une maison ne se fait pas en un jour, se construire, homme ou femme, est une longue aventure. Nous sommes tous marqués par les stéréotypes, dont nous voudrions bien sortir, mais qui sont tellement commodes. La féminité n’est évidente pour personne. Son modèle évolue avec la société, les modes, les découvertes de la biologie ou de la psychanalyse. Qu’elles en aient conscience ou non, la mère et la fille cherchent l’une et l’autre à se parer de ce joli voile et d’en assumer les diverses facettes : sex-appeal, maternité, responsabilités domestiques, diplomatie, perfectionnisme ou douceur. Mais chacune possède son langage, ses gestes, ses frustrations et ses attentes. Ce qui fait qu’à l’arrivée, les tableaux sont souvent contrastés…

Acceptons ces différences de vision. La mère n’est pas un modèle. Elle doit tolérer que sa fille découvre d’autres schémas que les siens. Mais elle a le droit aussi de conserver ses critères à elle sans pour autant se sentir dépassée. Et la fille a le droit de refaire le monde à sa manière. Comme sa mère l’a fait (ou aurait dû le faire) avant elle.

Ah, j’allais oublier. La recette, ce serait plutôt : rester épanouie, sans singer ni brimer l’autre… Tout un programme, difficile à tenir ! Mais on y arrive, parfois. Et c’est dans ces moments-là que le courant passe le mieux. Vous n’avez pas remarqué ?

A suivre…

Hermine Dorléac

Commentaires