Le prolongement de moi

Chroniques

Je ne demande rien

Lionel et moi nous sommes rencontrés il y a quatre ans. Je sortais d’une rupture amoureuse, j’étais un peu sonnée et je cherchais du réconfort. Je crois que je voulais surtout sentir qu’on s’intéressait à moi, que je valais quelque chose, que j’étais digne d’être aimée. Et Lionel était là, attentif, admiratif, aux petits soins, n’exigeant rien, toujours prêt à donner. J’allais refuser ce cadeau du ciel ? Nous avons commencé à vivre ensemble, par intermittence d’abord, et puis en continu. J’ai mûri de mon côté. Je sais reconnaître les qualités de Lionel — sérieux, déterminé, plutôt perfectionniste — pour ce qu’elles sont, et pas seulement pour ce qu’elles m’apportent. Pour les copains, nous sommes en couple, nous sommes un couple. Depuis quelque temps, Lionel évoque notre enfant à venir. J’ai commencé à faire la sourde oreille. Un enfant ? Quel enfant ? Ce n’est pas que je sois contre, mais en fait… je n’y avais jamais pensé. Je sais, ça peut paraître absurde, mais jusqu’à présent mes choix ont été plutôt dictés par le contexte. Mes études de pharma, les sorties, les fringues, les discussions interminables autour d’un verre… j’ai adoré tout ça, sans rien remettre en cause. Et me voilà maintenant, avec un job, un copain, et un domicile fixe. Que demander de plus ? Justement, je ne demande rien. D’ailleurs je me sens… comment dire ? Dans une espèce de vide. C’est l’entracte, et je n’ai pas envie de connaître la fin de la pièce. Je sais, les années vont passer, il faudrait que je me décide. Mais, que voulez-vous, je n’y peux rien, je ne me vois pas dans ce rôle-là.

A suivre…

Hermine Dorléac

Commentaires